Quand la littérature devient jubilation : à propos des chefs-d’œuvre de Charles Dantzig

dantzig

Les essais sur la littérature n’ont pas pour habitude d’être attractifs, et pourtant Dieu sait que celui de Charles Dantzig ne se plie pas à cette règle-là. A propos des chefs-d’œuvre se présente comme une réflexion sur la littérature, à propos de la littérature, et non pas comme la délivrance d’un savoir établi et donné. Charles Dantzig s’interroge, tout au long de cet ouvrage, sur la notion de chef-d’œuvre : qu’est-ce qu’un chef d’œuvre, pourquoi c’en est un, qui reconnaît que c’en est un, combien de temps dure ce statut royal de chef d’œuvre etc.

Cette vaste réflexion est avant tout le prétexte à une promenade en littérature : l’auteur nous balade dans le monde des livres qu’il aime, dans la vie des auteurs, dans notre quotidien même de lecteur. Il apporte ainsi certaines réponses à son interrogation première, mais sans qu’on le voie venir. Non pas qu’il soit discret ou timoré lorsqu’il affirme ses idées ; bien au contraire. Mais c’est naturellement qu’il nous entraîne dans ses réflexions, dans ses errances fructueuses au milieu des paysages livresques et des imaginations qu’il chérit tant. C’est avec un plaisir presque hédoniste qu’il nous livre ses impressions de lecteur (un lecteur au plus haut point éclairé, précisons-le). Par conséquent, le premier coup de magie opéré par cet ouvrage, c’est de redonner le goût de lire à ceux qui l’ont eu, mais, les années passant, l’ont peut-être égaré en cours de route. Ou encore d’inciter à lire toujours plus furieusement ceux qui n’ont jamais perdu cette passion. Et lire pour Charles Dantzig, c’est autant redécouvrir les « grands classiques », que se plonger dans l’œuvre d’auteurs jusqu’alors inconnus de nous, ou encore se lancer dans la jungle de la littérature actuelle, où le lecteur à l’affût doit établir lui-même ses chefs-d’œuvre.

On l’aura compris, aux yeux de notre essayiste, la littérature signifie encore beaucoup, envers et contre tous les représentants de la matérialité brute et les partisans du profit à tout prix, tous ceux qui claironnent fièrement que lire ne sert strictement à rien… Ces gens-là, Charles Dantzig les qualifie sans aménité de « bœufs » (au sens littéralement animal du terme). Aux « bœufs » s’opposent les « rossignols » : les rêveurs, les penseurs, les amateurs d’art. Eux doivent veiller sur la littérature et travailler à ce qu’elle ne disparaisse pas.

Deuxième coup de griffe de l’auteur : face au relativisme et à la tiédeur ambiante, affirmer que tous les livres ne sont pas des chefs-d’œuvre ; que les vrais chefs-d’œuvre existent, qu’ils structurent et enchantent l’humanité. Un parti-pris dont il s’attache à démontrer le bien-fondé au cours de son ouvrage. Dans cet essai à la fois pertinent et impertinent, il adule la littérature, mais n’hésite pas à désacraliser certains chefs-d’œuvre supposés (comme l’œuvre de Céline, par exemple), et à donner la primauté au lecteur averti sur le chercheur universitaire coupé de la vie et de la notion de plaisir.

Cette liberté de ton, alliée à une pensée profonde et juste, soutenue par un style fluide et exigeant, remet nombre de pendules mal réglées à l’heure, et insuffle de nouvelles énergies au lecteur. Si vous désirez être ré-enchantés, ouvrez ce bel essai. Charles Dantzig l’écrit : « les lecteurs sont les sentinelles du chef-d’œuvre ». En ces temps chaotiques où la liberté de penser semble menacée par l’obscurantisme, le goût du beau par le triomphe de l’utilité, cette mission pourrait bien prendre tout son sens… A vos gardes, et bonne lecture.

CD

Publicités


Catégories :Bouquins

1 réponse

  1. Bien d’accord avec vous et il en est de même pour chacun des écrits de Charles Dantzig. L’enchantement est une qualité essentielle de son oeuvre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :