Eût-elle été criminelle…, Jean-Gabriel Périot

Capture du Film

Future tondue

Durant l’été 1945 en France, l’heure est à la réjouissance. C’est la libération, la justice qui est rendue aux victimes de la guerre. Il est temps de renvoyer la pareille à ces femmes qui, au cours de cette période difficile, furent contraintes ou choisirent de collaborer avec les allemands.

Les femmes tondues

Elles étaient femmes d’officiers allemands, leurs domestiques, ou simplement amoureuses d’hommes qui politiquement s’opposaient aux principes français. Elles étaient condamnées au châtiment de la tonte sur la place publique,  sentence d’humiliation ultime pour une femme .Cette décision ne pouvait être prise que par le tribunal, après un jugement.

Au cours de l’été 1945,  en France, de nombreuses femmes furent torturées et humiliées  sur la place publique sans aucune forme de procès.

Les images

Dans ce court-métrage, Jean-Gabriel Périot utilise des images d’archive qu’il travaille de sorte à montrer l’absurdité de la libération.

Le film commence par des images de violence liées à la guerre. Puis apparaissent des visages qui se réjouissent, le tout accompagné par La Marseillaise. Les plans défilent, le peuple rit, le drapeau est brandit, l’on devine que c’est la fin du massacre, le retour à la paix. Les yeux rieurs, les bouches sourient de satisfaction : on se demande ce qu’ils regardent, ce qui les rend aussi joyeux.

La Marseillaise reprend, cette fois, elle est chantée par une femme. Nous redécouvrons  les mêmes images à la différence près que le champ est beaucoup plus large. Ainsi est révélé la source de la réjouissance commune : des femmes qui se font luncher, tondre et que l’on expose comme des trophées de victoire. Elle sont maigres, le visage parfois ensanglanté. Mais quelle dignité devant le peuple en colère !  Elles ressemblent à ces prisonniers des camps, des femmes frêles et détestées de la façon la plus arbitraire.

Ici, le film !!!

Le réalisateur, aujourd’hui

Jean-Gabriel Périot est un réalisateur contemporain, né en 1974 et reconnu pour ses films très engagés. Il est avant tout un homme qui se mélange, issu d’un milieu  sans prétention. Il a été successivement, serveur, manutentionnaire,  vendeur, ouvrier  avant de se lancer le film documentaire. Sa patte réside dans la façon qu’il a de présenter la violence : il travaille beaucoup avec les images d’archive, aime les cumuler, les répéter à grande vitesse et fait naître ainsi une sensation oppressante chez le spectateur. Il traite des thèmes sociaux  tels que la délocalisation, le travail, l’homosexualité et semble avoir une facilité pour dévoiler l’hypocrisie et la pourriture humaine.

Ses films sont disponibles sur le site ci-dessous. Des projections ici et là sont également prévues : les dates et les lieux sont sur son site.

Ici, son site avec les différents films qu’il a réalisé

BB

Publicités


Catégories :Ciné

Tags:, , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :